La Toulonnaise

Durée: A/R minimum 1h30

Dénivellation: 40 m

Distance: 3,8 km

Intérêt: ballade sur la route médiévale (Saint Maximin-Toulon)

Départ: place Saint Jean Avant de partir, un coup d’œil sur : La chapelle de 1669, remplaçant celle d’origine datant du XI-ème, érigée en hommage à Saint Jean Baptiste pour sa protection des deux seigneurs du village pendant la première croisade. La fontaine et son platane datent de 1767. Vous descendez la rue Frédéric Mistral et, avant de traverser la départementale pour aller vers l’église, vous observez l’oratoire à droite, dédié à Saint Jean Baptiste saint patron du village. Il est de construction récente. Vous contournez l’église Saint Pierre par la droite. Son porche est la seule partie visible de la construction d’origine (XI-ème Siècle). Son clocher date de 1547. Elle se visite tous les après-midi ( 14h-18h ).  En traversant le terrain de pétanque, vous longez le Raby et vous contournez le lotissement en passant par le petit pont. Au bout du sentier, vous tournez à gauche. Là, deux solutions s’offrent à vous: soit vous contournez le parking et le terrain de sport pour rejoindre le petit pont sur le Latay et la chapelle Saint Clair, soit vous allez tout droit et vous remontez le cours d’eau asséché par la droite jusqu’à la même chapelle. Cette chapelle date du XVII-ème siècle et le pont du XVIII-ème siècle. Elle fut témoin privilégiée, comme le précise la plaque commémorative, de la belle histoire qui suit: En 1707, le Duc de Savoie, Victor Amédée, envahit le Var avec une armée de 40 000 hommes et commence le siège de Toulon. Le gouverneur de la ville engage une résistance et demande aux communes environnantes de se préparer à lutter. Les consuls de Signes, André Chabriel et Joseph Baumier forment deux compagnies de 100 hommes chacune placées sous les ordres d’Antoine d’Espinassy. Le 6 août, sentant l’imminence du danger; ils se réunissent avec toute la population au pied de Saint Jean et font le vœu, si le bourg sort sain et sauf de l’épreuve, de jeûner un jour au pain et à l’eau, de faire une procession tête et pied nus et de distribuer une aumône à tous les pauvres du village. Ce qui était prévu arriva. Le lendemain 1000 ennemis venus de Toulon se présentent dans cette plaine et envoient un ultimatum réclamant la contribution en argent, animaux, et fourrage, pour l’effort de guerre. Il est repoussé et l’assaut commence immédiatement sur le terrain devant la chapelle. Déroutés par la résistance des troupes Signoises, ils cherchent à envahir le village mais sont repoussés par ses habitants. Ils battent alors en retraite, laissant une centaine de morts dont leur colonel. Devant cette défaite, le duc de Savoie renvoie le 16 août une troupe de 3000 hommes pour détruire Signes. A ce moment, fait rarissime, le Latay, gonflé par les pluies des jours précédents, déborde. Devant cet obstacle surveillé par les Signois, le pont ayant été détruit, l’ennemi se retire enfin. Le 22 août, le duc de Savoie, devant la résistance de la ville de Toulon, lève le siège laissant 15 000 morts. A l’époque, la chapelle était dédiée à Sainte Marguerite. Mais après la révolution, elle fut rachetée par la corporation des tailleurs qui lui donnèrent le nom de leur saint patron , Saint Clair. Vous rentrez dans une zone ombragée jusqu’à l’espace occupé en partie par la chapelle N.D. de l’Annonciation ( appelée aussi  » la Proche « ). Elle fut construite en 1642 avec une pièce attenante où était logé un ermite qui en contrepartie, entretenait le lieu et sonnait chaque jour les trois Angélus. Elle fut rachetée en 1818 par une pieuse dame qui la céda à la paroisse. Depuis la cloche a été dérobée. Après cette pause, vous continuez sur l’ancienne route de Toulon qui était utilisée, entre autre, par les porteurs de glace descendant de la Sainte Baume. Vous pouvez admirer la restanque qui borde la route à droite. Sur cette route envahie petit à petit par de nouvelles constructions , vous arriver devant le 3ème oratoire, de construction récente, dédié à Sainte Delphine. A moins de désirer continuer cette route qui rejoint Siou Blanc, vous pouvez revenir vers le village.

Réalisé par l’association « Église St Pierre » en partenariat avec la Mairie de Signes