Skip to content Skip to main navigation Skip to footer

Covid-19: État d’urgence sanitaire

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé lundi 23 mars au soir un durcissement des mesures de confinement. La France est officiellement entrée en état d’urgence sanitaire pour une durée de deux mois.
La loi dédiée vient d’être publiée au Journal officiel (Loi N° 2020-290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19).

Du sport, mais en restant raisonnable
Il n’est plus possible d’aller faire du sport en s’éloignant de son domicile. « Sortir pour promener ses enfants ou faire du sport c’est dans un rayon de 1 km de chez soi », a indiqué Edouard Philippe. La durée est encadrée elle aussi : « Maximum pour une heure, tout seul et une fois par jour ». Il faut donc désormais noter l’heure de sa sortie sur son attestation de déplacement.

Un RDV médical, mais sur convocation
Les sorties médicales sont quant à elles autorisées sur convocation d’un médecin, pour des urgences ou des soins programmés, notamment des maladies chroniques.

Faire son marché, c’est terminé
Le Premier ministre a ordonné la fermeture des marchés ouverts. Des exceptions restent possibles dans les villages où les marchés sont le seul moyen d’accéder à des produits frais. Le maire doit alors en faire la demande au préfet.

Des enterrements en cercle très restreint
Ce n’est pas une annonce mais une confirmation. Edouard Philippe a souligné que les inhumations et crémations devaient se limiter au tout premier cercle familial. Vingt personnes maximum sont autorisées dans les cimetières ou les crématoriums.

Les Pâques et le Ramadan à la maison
Les Pâques juive et chrétienne ainsi que le début du ramadan auront cette année un caractère exceptionnel. Emmanuel Macron, qui a réuni par audioconférence les représentants des cultes, a indiqué que les fêtes religieuses d’avril devront se faire « sans rassemblement ».

Pas de couvre-feu
Le Premier ministre a durci le confinement mais a en revanche écarté la généralisation pour tout le pays des couvre-feux, déjà en vigueur dans une trentaine de villes.

De lourdes amendes
La violation des règles de confinement est punie d’une amende de 135 euros, 1 500 euros en cas de récidive « dans les 15 jours », et même de 3 700 euros d’amende et six mois de prison au maximum « dans le cas de » quatre violations dans les trente jours.

Consulter les textes pour tous les détails:

Back to top